Pratique

AF 2000

une 2816

L'actualité décryptée par un journal royaliste et nationaliste.

Disponible en kiosque ou par abonnement, L'Action Française 2000

paraît le premier et troisième jeudi de chaque mois.

Profitez de la nouvelle maquette de l'AF2000.

Lundi 27 octobre 2014 1 27 /10 /Oct /2014 13:31

Après avoir montré dans les réunions précédentes les aspects de la crise actuelle, le Café Actualités d'Aix-en-Provence va poser la question: "QUE FAIRE?".
Antoine de CRÉMIERS tentera d'y répondre


Mardi 4 novembre,

de 18 h 45 à 20 h30

au Café "Le Festival", 1 cours Mirabeau.


Antoine de Crémiers, animateur du « café d’actualités », est conférencier, conseiller éditorial de la « Nouvelle Revue Universelle et collaborateur régulier ou occasionnel de diverse publications.
 
 
Le monde qui est aujourd’hui le nôtre, dont nous avons l’habitude de dire qu’il est « en crise » étrange euphémisme, qui vise à rassurer, n’est autre qu’un formidable basculement de civilisation dont nous sommes les spectateurs rageusement impuissants.
Nous voilà contraints de reconsidérer nos « logiciels d’analyses, formatés par des siècles de Tradition et de Modernité, l’une et l’autre disparues corps et biens dans un même naufrage.
Ce monde « immonde » se présente comme ectoplasme, protéiforme, insaisissable, qui inaugure une nouvelle cage de fer, celle du totalitarisme de la dissolution et d’un retour de la fatalité.
Est-ce irréversible ? et n’aurions-nous donc que le choix entre la guerre civile et le meilleur des mondes ?
 
 
Terrible alternative ! qui mérite toute notre attention et notre réflexion.


Soyez présents.

 


Par AF Provence - Publié dans : agonie républicaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 octobre 2014 7 26 /10 /Oct /2014 23:06

Voici une brève analyse historique, mettant en relief tous les mensonges que l'école républicaine a enseigné et enseigne encore et toujours sur l'Ancien Régime et la misère ouvrière. A travers des analyses historiques par des historiens de renom, cette vidéo vous dévoilera un aspect méconnu des qualités de vie au Moyen-Âge ainsi que les conditions de travail et des ouvriers de l'époque. Sans oublier aussi la naissance du prolétariat et de la misère ouvrière depuis la révolution française et sa fameuse loi Le Chapelier interdisant les corporations, et la naissance du libéralisme économique qui en fut la conséquence et qui engendrera à son tour le socialo-marxisme.

TOUT CE QUE L'EDUCATION NATIONALE NE VOUS ENSEIGNERA JAMAIS ET POUR CAUSE...

 

 



Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 09:31

Le professeur Bernard LUGAN,

directeur de la revue "L'Afrique réelle",

fera une conférence
sur le thème

"Histoire et Actualités de l'Afrique"
au Cercle algérianiste d'Aix-en-Provence
 jeudi 23 octobre 2014 à 18 h
à la Maison Maréchal Juin
29 avenue de Tübingen à Aix-en-Provence
Renseignements: 06-03-09-78-59
http://www.revue-medias.com/IMG/arton811.jpg

Par AF Provence - Publié dans : La France et le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 07:15

Analyse de François Marcilhac, parue dans l'Action française 2000

arton7720.jpg

 
Réduire à un simple signe d’exaspération la manifestation du lundi 13 octobre à Calais qui a rassemblé, à l’appel de FO Police, plusieurs centaines de policiers, mais aussi de commerçants, d’agriculteurs et de citoyens de toutes catégories serait une grave erreur. Elle traduit en effet, au plan local, le problème gravissime auquel toute la France est confrontée : l’explosion de l’immigration clandestine.  

MANIFESTATION À CALAIS...

« Les fonctionnaires de police n’arrivent plus à assurer la sécurité des Calaisiens et la leur », a simplement constaté — accusé ? — le responsable syndical. Bien évidemment, politiquement correct oblige, il a aussitôt souligné que « ce rassemblement se veut pacifiste, sans aucune connotation raciste » avant, toutefois, de reconnaître « une augmentation exponentielle de la criminalité », alors que « 2 000 à 2 500 migrants » sont déjà à Calais et que « des milliers attendent aux portes de l’Italie pour se diriger vers l’eldorado britannique »...

...Un eldorado qui ressemble à un club de plus en plus fermé ! Car ce n’est pas au moment où l’UKIP, l’équivalent anglais du FN, entre au parlement britannique que le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté va ouvrir les vannes de l’immigration !

Sarkozy avait fait mine de régler le problème en fermant les centres d’hébergement, ce qui avait encore aggravé l’insécurité. Hollande ne fait pas mieux, faute de mener une réelle politique de contrôle des flux migratoires... abandonnée par nos gouvernants à une Europe immigrationniste.

Cette manifestation a exprimé le fossé existant entre des élites dénationalisées, et hyperprotégées, réfugiées dans leurs palais, et le pays réel, confronté chaque jour sans aucune protection aux conséquences catastrophiques des politiques menées par les premières. Le premier acte d’une révolte salutaire ?

CACOPHONIE AU SOMMET DE L’ETAT

Le gouvernement et l’Elysée ne savent apparemment plus quoi inventer pour faire parler d’eux, et si possible en mal. Comme si, la communication devenant une fin en soi, nos gouvernants finissaient par s’y empêtrer, brouillant les signaux que, paniqués, ils envoient, tantôt en direction du parti socialiste et, à l’intérieur du PS, en direction des loyalistes ou des frondeurs, tantôt en direction de leurs alliés politiques — les écolos ou, présentement, les radicaux qu’il convient de retenir désespérément pour assurer le vote du budget —, tantôt encore en direction du MEDEF, des syndicats, des agences de notation, des Allemands, des Britanniques — d’où les voyages humiliants de Valls à Berlin et à Londres — et, bien sûr, de Bruxelles. Quant aux signaux adressés aux Français, ils le sont par défaut, en termes d’insécurité, de chômage, d’immigration, de baisse du pouvoir d’achat, d’attaque frontale contre les familles...

En quelques jours, et alors que nous ignorons toujours, à l’heure où nous écrivons, si Bruxelles aura la générosité de valider le projet de loi de finances pour 2015, qui lui sera présenté ce 15 octobre — puisque la France a perdu la souveraineté budgétaire en 2012 —, le gouvernement a multiplié des bévues apparentes qui ne sont, en fait, que les manifestations d’une navigation à vue.

En plein débat parlementaire sur le projet de loi « relatif à la transition énergétique pour la croissance verte » (sic), Ségolène Royal supprime, sans savoir par quoi la remplacer, la taxe poids-lourds, encore présentée il y a quelques jours comme incontournable. Hollande, face à la fronde des transporteurs routiers, craignait-il de subir le sort d’Allende en 1973 ? Et Royal, avant d’être aussitôt désavouée, de demander la gratuité des autoroutes le week-end couplée à une baisse des prix du péage de 10%, comme si elle ne savait pas que l’Etat était pieds et poings liés par les cadeaux somptueux que Chirac et Villepin ont fait aux sociétés gestionnaires lors de la privatisation des autoroutes.

A la veille de la discussion du projet de loi de finances, Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, à la demande d’un PS qui cherche à préserver son unité sur le dos des familles, accepte la mise sous conditions de ressources des allocations familiales ! Hollande croyait peut-être, sur le sujet, obtenir en prime et à bon compte le soutien de la droite molle. Bruno Lemaire et Alain Juppé, ses représentants autorisés, sentant que les classes moyennes, où se recrutent la majorité des électeurs de l’UMP, sont de plus en plus remontées contre de prétendues mesures de justice sociale dont elles font seules les frais, préfèrent prudemment renier leurs positions antérieures sur le sujet.

 DES SIGNES D’ÉPUISEMENT PRÉCOCE

Des négociations entre les partenaires sociaux se sont achevées en juin sur l’assurance-chômage ? Emmanuel Macron, « Young Leader » (comme en son temps Hollande) de la French American Foundation, et, accessoirement, ministre de l’économie, réclame, dans Le Journal du Dimanche du 12 octobre, un débat évidemment « sans tabou » sur le sujet, à la faveur d’un entretien dont on apprend qu’il a été avalisé par l’Elysée alors même qu’il contredit les propos tenus par le président une semaine plus tôt ! Pris en faute, l’Elysée rappelle, le soir même que, de toutes façons, les prochaines négociations entre les partenaires sociaux ne doivent pas avoir lieu avant 2016... avant que Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, qui a, semble-t-il compris le signal — émis par qui ? —, ne réclame dès le lendemain leur réouverture en janvier !

La réforme des professions réglementées, contenue dans le projet de loi sur "l’activité et l’égalité des chances économiques" présenté devant le conseil des ministres mercredi 15 octobre ? Si le même Macron assume la prétendue nécessité d’une réforme de fond, lancée par un Montebourg faux-nez, en cette affaire, des fonds de pension américains et du droit anglo-saxon — seuls bénéficiaires à terme d’une déréglementation réclamée par Bruxelles —, on commence à s’apercevoir qu’elle pourrait coûter plus cher aux Français qu’elle ne leur rapporterait ! Du reste, Macron n’a pas repris le chiffre de 6 milliards d’euros d’économies avancé démagogiquement par son prédécesseur. L’essentiel ? Détruite les structures de la société française, comme pour le travail du dimanche.

Quant au BTP, ce ne sont pas moins de 60 000 emplois que la baisse des dotations des collectivités, qui se traduira par une baisse équivalente de l’investissement public, risque de faire perdre au secteur.

S’il est vrai que, comme le prétend l’adage, quand le bâtiment va, tout va, alors, on est en droit de se demander si le gouvernement passera l’automne, lequel, rappelons-le, se termine avec la discussion budgétaire, juste avant Noël. Le gouvernement est pris en tenaille entre une majorité de plus en plus incertaine, ses propres contradictions internes dont sa communication contre-productive n’est que le reflet, des institutions européennes qui feront payer cher à la France la nomination de Moscovici au poste de commissaire européen à l’économie, et une Angela Merkel d’autant plus rigide qu’elle voit s’amonceler sur son Reich des jours mauvais dont sa politique prétendument vertueuse n’est pas totalement innocente — défaut d’investissement, vieillissement des infrastructures, démographie en berne. Le gouvernement donne en tout cas, à la veille du débat budgétaire, des signes d’un épuisement précoce.

En revanche, plus grave pour le pays, il faut compter avec de possibles répercussions sur notre sol de la politique extérieure française : des attentats ne sont pas à écarter. Et si le gouvernement pourrait tenter, dans un premier temps, de resserrer autour de lui les Français en jouant sur la corde de l’unité nationale — un comble pour des européistes et communautaristes forcenés ! —, très vite nos compatriotes pourraient s’interroger à la fois sur la cohérence d’une politique initiée par Sarkozy et continuée par Hollande, qui a consisté à favoriser et à armer l’islamisme, notamment en Libye et en Syrie, pour le combattre en Irak, et sur la capacité de la République à prévenir de telles attaques au sein du pré carré.

REDRESSEMENT DES ESPRITS

Un pré carré qui n’a plus aucun sens pour ceux qui nous dirigent mais qui semble, au contraire, recouvrer une nouvelle jeunesse auprès d’un nombre croissant de Français. Des signes épars mais encourageants d’un redressement des esprits ? Le retour de Sarkozy manifestement moins attendu des Français que ne le croyait vaniteusement l’intéressé ; ou le succès non démenti de la Manif pour tous du 5 octobre dernier ; ou encore, le fait que Le Suicide français, le nouvel essai d’Eric Zemmour, diabolisé par les chiens de garde du système, dépasse les chiffres de vente quotidienne du brûlot politico-impudique de Valérie Trierweiler. Les Français sont de plus en plus nombreux à rejeter la chape de plomb d’un politiquement correct qui n’a eu de cesse de les anesthésier pour mieux les asservir et les faire disparaître comme nation. A nous de faire que leur réveil ne soit pas récupéré par les imposteurs d’une droite parlementaire politiquement et moralement complice de la gauche. Quand elle ne l’a pas précédé dans la voie du reniement de la France.  u

François Marcilhac

* Source : L’AF 2000 n° 2895 (Editorial)

 

Par AF Provence - Publié dans : agonie républicaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 23:28

http://www.albin-michel.fr/images/couv/7/5/7/9782226254757g.jpg

 

   Le succès du livre d'Eric ZEMMOUR "Le suicide français" excite la haine des médias bien-pensants. Ils lui reprochent, comme "Le Monde", d'être "le symptôme des angoisses françaises". Mais ne serait-ce pas reconnaître que ces angoisses existent malgré la chape de plomb du politiquement correct? Le même journal présente ce livre comme «Une inacceptable falsification idéologique» parce que ZEMMOUR refuse l'idéologie qui a seule droit de cité. Evidemment, quelques historiens officiels sont mobilisés pour trouver des erreurs historiques (on trouve toujours un Pétain ou un Hitler à envoyer à la figure de celui qui ne se dit pas de gauche) et mieux clouer au pilori celui qui ne pense pas comme il faut. Les tenants de la "culture" officielle ostracisent à tout-và.

   Pourtant, ce livre ne fait que rassembler des vérités d'évidence pour qui regarde sans euillère le fonctionnement de la société française. La France perd constamment sa substance et son dynamisme. Mais toute cette chute ne vient pas uniquement de mai 68 comme ZEMMOUR le proclame dans son sous-titre "Ces quarante années qui ont défait la France".

   En fait, le compte n'y est pas. Au lieu de quarante ans, il faut écrire deux cents ans. Les idées révolutionnaires qui prirent le pouvoir en 1789 sont les mêmes, devenues encore plus folles, qui dominent toujours.

   ZEMMOUR est trop modéré dans ses critiques. Il ne va pas assez loin. Il ne critique pas le système dans ses fondements même. Les royalistes le font et sont les véritables contestataires. Et les royallistes ne se contentent pas de se lamenter sur un monde perdu. Ils proposent autre chose que ce qui existe, et ils le font parce qu'ils croient en la France, parce que la France a encore la capacité de renaître, cette France que firent quarante rois en mille ans.

Par AF Provence - Publié dans : une société sans repères
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 15:05

 

http://s-www.citylocalnews.com/images/55F89732-8DE7-46FA-B468-2E2B4B4FD0A0/CLN_03/julien-aubert-depute-de-la-5e-circonscription-du-vaucluse-photo-angelique-surel.jpgLes médias ont avec complaisance relayé la polémique touchant le député Julien Aubert, sanctionné par la socialiste Sandrine Mazetier après l'avoir appelée «Madame le président».

 

Le député de la cinquième circonscription de Vaucluse vient de publier sur le site FigaroVox un "appel aux citoyens français" (texte complet en cliquant ICI).

Partant de l'épisode de "la voyelle jugée indésirable au nom de la féminisation des titres", il s'interroge plus largement sur les maux de la démocratie et se dit inquiet de constater que "Nous ne sommes pas en 2014 mais en 1984: Orwell s'était trompé de 30 ans". Il reprend ainsi le titre du Café d'Actualité de juin dernier ("1984, c'est maintenant") animé par Antoine de Crémiers (voir la vidéo ICI).

 

Voici les dernières lignes de ce texte qui montre à quel niveau est arrivé notre système politique et médiatique. L'analyse est intéressante mais la conclusion logique manque: il faut abattre totalement ce régime pour la Monarchie.

 

"Citoyen, comment appeler une démocratie où le peuple est volontairement intoxiqué avec de la fausse information pour lui faire avaler des choses énormes au plan des droits, tandis qu'on décrédibilise ceux qui pensent différemment?
Citoyen, comment caractériser un régime où certains en arrivent à considérer normal qu'un représentant du peuple soit sanctionné comme un délinquant, sans base juridique, sans grief, juste par idéologie?
Citoyen, comment identifier un régime qui pense qu'il faut éduquer les gens par la langue, en purgeant les mots et en intimidant ceux qui ne cèdent pas?
Citoyen, tu te tournes vers moi tous les jours, et tu m'interroges: «N'avez-vous rien d'autre à faire?» Je te pose à mon tour la question: ne serait-il pas temps, Citoyen, que tu fasses, toi aussi, quelque chose pour mettre fin au lent déclin de la démocratie représentative?
Citoyen, combien de temps penses-tu que nous tiendrons sans ton soutien? Il est peut-être temps de leur dire «le mot de Cambronne»".

 

contre la famille

Par AF Provence - Publié dans : Médiatiquement correct
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 11:55

En votant la modulation des allocations familiales selon les revenus, les députés viennent de permettre à l'immigration de s'accentuer pour détruire la nation.

 

http://www.je-suis-papa.com/wp-content/uploads/2013/05/bebe-triste-frustration.jpg

 

Les Français qui auront des enfants recevront des allocations familiales réduites selon leurs revenus. Encore une fois, les classes moyennes sont pénaisées par ce gouvernement. L'argent versé par la CAF n'est pas une aide sociale mais une prime pour les familles. La natalité a ainsi été encouragée. Maintenant, elle est pénalisée.

Résultats:

- les familles françaises, pauvres, moyennes ou riches, touchées par la crise économique vont réduire leur natalité à cause de cette sanction financière

- l'immigration va être encouragée car les immigrés qui auront des enfants auront les allocations familiales au taux le plus élevé.


Mais qu'importe! Les idéologues socialistes et les grandes entreprises qui veulent détruire la famille et la nation viennent de faire un grand pas pour imposer leur nivellement !

Par AF Provence - Publié dans : une société sans repères
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 11:02


http://www.bonjourcommuniste.fr/wp-content/uploads/2013/11/ultra-liberalisme-ennemi-180x242.jpgLe libéralisme est paré par les uns de toutes les vertus, par les autres de tous les vices. Mais le libéralisme existe-t-il vraiment ? Y a-t-il un ou des libéralismes ? Les différents libéralismes partagent-ils un fonds commun ? Y aurait-il un « bon » et un « mauvais » libéralisme ? Existe-t-il une critique libérale du libéralisme ? Et l’antilibéralisme ? Est-il un ou y en a-t-il plusieurs ? S’ils ont le même adversaire, les différents antilibéralismes sont-ils pour autant convergents ? C’est à ces questions que notre série tâchera de répondre ; Falk van Gaver, qui en est l’initiateur et le maître d’œuvre, pose ici les jalons de cette enquête qui se prolongera une année durant en collaboration avec l’Observatoire socio-politique (OSP) du diocèse de Fréjus-Toulon (http://osp.frejus-toulon.fr/).

 

 

 

Comme le souligne Alasdair McIntyre : « Les débats contemporains au sein des systèmes politiques modernes opposent presque exclusivement des libéraux conservateurs, des libéraux centristes et des libéraux de gauche. Cela ne laisse que peu de place pour la critique du système lui-même, c’est-à-dire pour la remise en question du libéralisme » (1). Ainsi, de même que les courants du « nouveau libéralisme » anglais, du libéralisme progressiste américain ou du libéralisme républicain français, un libéral critique comme John Dewey (1859-1952), philosophe pragmatiste américain dont le maître ouvrage sur la question a été récemment édité en français (2), critique l’individualisme abstrait du libéralisme classique et participe de la genèse du « social-libéralisme » qui est la version de gauche du libéralisme, ou des libéralismes nés de l’empirisme britannique (Locke, Hume…), de l’utilitarisme anglo-saxon (Bentham, Mill…), de l’économie politique des mercantilistes et physiocrates français (Montchrestien, Quesnay…) et des économistes dits classiques (Smith, Ricardo, Malthus, Say…) – et plus largement des Lumières françaises (Montesquieu, Voltaire…) et de l’Aufklärung germanique (Kant, Fichte…). Bref, qu’on le loue ou qu’on le déplore, il est possible de déceler dans cette époque de cristallisation de la modernité un libéralisme général, à la fois philosophique, politique, économique… qui voit l’émergence de l’homo oeconomicus unissant dans une même anthropologie l’autonomie du sujet et son intérêt bien compris.

Il y a cependant, distincts dès la Révolution française, un libéralisme « de droite », davantage girondin, et un libéralisme « de gauche », plus jacobin, et les remises en cause du libéralisme ne se sont faites qu’aux marges du système – dans les socialismes et communismes révolutionnaires, écrasés aussi durement par la République (la « Conjuration des Égaux » de Gracchus Babeuf en 1796) que les oppositions contre-révolutionnaires. Cette opposition entre jacobins et girondins, libéraux de gauche et de droite, favorisa momentanément d’un côté comme de l’autre des alliances avec les extrêmes – ainsi girondins et royalistes s’allièrent lors des soulèvements fédéralistes de Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, Rouen, Toulon…

À droite, toute une tradition s’inspire ainsi d’un conservatisme libéral parfois revendiqué (ainsi aujourd’hui le site Nouvelles de France se définit comme « portail libéral-conservateur ») qui allierait un libéralisme classique voire aristocratique (Constant, Tocqueville…) à des éléments plus contre-révolutionnaires (Chateaubriand, Burke, etc.). Cette cristallisation d’un libéralisme conservateur, voire réactionnaire ou contre-révolutionnaire, souvent de sensibilité royaliste ou du moins loyaliste, partisan longtemps de la monarchie

http://www.linternaute.com/voyage/interview/route-steppes/falk1.jpg

constitutionnelle, dans lequel on pourrait marquer l’acte de naissance de la droite avec toutes ses nuances – et avec, à sa marge, la contestation légitimiste –, fait face à celle d’un libéralisme républicain, voire révolutionnaire qui marquerait la naissance de la gauche avec toutes ses nuances – et avec, à sa marge, la contestation socialiste puis communiste.[....]

Falk van Gaver

La suite sur La Nef

Par AF Provence - Publié dans : Culture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 09:30

Cet été s'est déroulé le camp d'été d'Action Française.
Le CMRDS est autant un moment de formation intellectuelle et politique que d'apprentissage de techniques militantes. 

 

 

Par AF Provence - Publié dans : Formation
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 5 octobre 2014 7 05 /10 /Oct /2014 15:22

La réunion de rentrée de l'AF-Provence a eu lieu dimanche 28 septembre dans le centre de Marseille.

Le nouveau président de la fédération d'Action Française Provence a présenté, devant des militants aixois et marseillais ainsi que des sympathisants venus nombreux, le théme de campagne de l'année : "le libéralisme contre les libertés". C'est donc dans la continuité des réflexions et des conférences débutées cet été avec les fort réussis CMRDS (Camp Maxime Real Del Sarte) et université d'été que s'inscrit cette nouvelle année de militantisme.

rentrée 2014-1


Bertrand, délégué départemental, a rappelé qu'un militant doit être polyvalent et s'ancrer dans son territoire et dans le réel.

Jérémy, responsable de la section marseillaise, a présenté le programme des activités de l'année (cercles d'études, collages, tractages, so, etc.).

Enfin, le responsable de la section Action française étudiante aixoise a exposé la complémentarité qu'il existe entre les sections étudiantes et celles composées de jeunes travailleurs.

Plein succés pour cette réunion qui a convaincu bon nombre de sympathisants de nous rejoindre et de militer cette année!

Contact: provence@actionfrancaise.net

rentrée 2014-2

Par AF Provence - Publié dans : Activités et Militantisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

L'AF-Provence se présente

Pour nous connaître et savoir quelles sont nos activités,

 blaaa.jpgcliquez ICI   aflogo19qu.jpg

Adhérez

Adhérez!

L'AF a besoin de votre cotisation et de votre aide.

Demandez votre bulletin d'adhésion

en cliquant ICI.

nerf de la guerre

Livres et objets royalistes

librairie de flore

Les livres à lire

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51ACVjVAIwL._SL500_AA300_.jpg

Une étude complète sur un sujet original

par Pierre GOURINARD.

Présentation ICI.

Maurras L'Herne

La plus récente mise au point

sur la vie et l'œuvre de Charles Maurras.

Lire ICI l'analyse par Michel Fromentoux.

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/2/2/9782213655222.jpg

Une excellente mise au point

sur les tabous historiques mis en place par le système.

Cliquez ICI pour tout connaître sur ce livre indispensable.

Bainville Jacques Bouquins

Le meilleur des écrits de

Jacques BAINVILLE

est réuni dans ce recueil de  la collection Bouquins.

Cliquez ICI.

 

l'altermanuel 


Avec "L'altermanuel",

il est possible de retrouver l'Histoire de France.

Commandez-le ICI

ou bien ICI.

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés