Pratique

AF 2000

une 2816

L'actualité décryptée par un journal royaliste et nationaliste.

Disponible en kiosque ou par abonnement, L'Action Française 2000

paraît le premier et troisième jeudi de chaque mois.

Profitez de la nouvelle maquette de l'AF2000.

Mardi 29 juillet 2014 2 29 /07 /Juil /2014 16:06

Voici 800 ans, le 27 juillet 1214, Philippe Auguste remportait la bataille de Bouvines sur la coalition montée par l'Anglais Jean Sans Terre. Ce jour est considéré comme l'une des dates de l'apparition du sentiment national français.

Faut-il s'étonner que les autorités officielles de la République oublient d'en célébrer la mémoire alors qu'elles nous assomment de commémorations sans rapport avec nos racines?

 

 

Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 25 juillet 2014 5 25 /07 /Juil /2014 22:39

http://www.delitdimages.org/wp-content/uploads/2014/07/chretiens-irak©miege-771x1024-770x1022.jpg     Alors qu’Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef djihadiste qui se prétend le « calife Ibrahim », a menacé de mort les chrétiens d’Irak, notamment de Mossoul, s’ils se ne convertissaient pas à l’islam ou ne quittaient pas le territoire du prétendu califat, l’Action française dénonce avec consternation le manque de réactivité du gouvernement français et de la communauté dite internationale devant ce que le conseil de sécurité de l’ONU a qualifié à juste titre de possible « crime contre l’humanité » dont les auteurs devront « rendre des comptes ».


     Il n’en reste pas moins que la situation actuelle, qui a vu en vingt ans chuter de moitié la population chrétienne d’Irak, où elle est chez elle depuis les origines du christianisme, est principalement due à la politique américaine dans la région qui a visé, comme en ex-Yougoslavie, à favoriser délibérément les islamistes aux dépens de la stabilité et de l’entente entre toutes les communautés.


     L’Action française estime donc que les dirigeants américains et ceux des Etats complices de cette politique attentatoire à la paix partagent une lourde responsabilité dans ce « crime contre l’humanité » et devront être jugés aux côtés de ceux qui l’ont directement exécuté.


Le Centre Royaliste d’Action Française

Par AF Provence - Publié dans : La France et le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 06:19

http://www.la-couronne.org/medias/images/la-republique-dettes-crises.jpgComment en sommes-nous arrivés là? La République a pris une France en bon état, elle nous laisse une France au plus mal….

Nous étions le pays le plus peuplé d’Europe sous Louis XV et Louis XVI, nous avons été rattrapés puis dépassés par les autres, notre vitalité démographique a été brisée par les saignées effroyables directement liées à la Révolution et à la République: 800.000 morts (Révolution); 1.500.000 morts (folles guerres napoléoniennes); 500.000 habitants perdus en 1815 à cause des 100 jours, dernier mauvais coup porté à la France par l’orgueil délirant de Napoléon; I.5OO.000 morts en 14/18 et 600.000 en 39/45; total: 4.900.000 français “évaporés”, disparus, sortis de l’Histoire par les conséquences directes ou indirectes de l’irruption des idées révolutionnaires et des politiques aberrantes des différentes républiques. Quel pays pourrait-il supporter de tels traumatismes à répétition? La France y a perdu une part importante de sa substance, au sens fort du terme (physique, pourrait-on dire)…


Et que dire du rayonnement de la France, de l’attrait universel que sa culture, ses Arts, sa civilisation exerçaient sur l’Europe entière, et bien au delà? Tout le monde nous enviait et nous imitait sous Louis XV et Louis XVI:

le Roi de Prusse commandait ses armées en français;

Mozart commençait ses lettres à son père par “Mon cher père”;

les écrivains russes parsemaient leurs ouvrages de mots français, et parfois de phrases entières;

on construisait Washington (symbole d’un pays nouveau) en s’inspirant ouvertement du classicisme architectural français;

presque tous les dirigeants européens se sont fait construire leur petit Versailles;

dans tous les domaines, c’était la France qui donnait le ton, c’était vers Paris que convergeaient tous les regards:

la France royale avait su amener la société à son plus haut degré de raffinement, et nous connaissions alors ce qu’était “la douceur de vivre”… : la France en est-elle toujours là aujourd’hui? Séduit-elle toujours autant? Tient-elle la même place, ou d’autres que nous donnent-ils le ton…?

Comment ne pas être frappé par la dégradation effarante du moral des français, de leur “mental”? Nous étions optimistes sous Louis XV et Louis XVI, car avec nos 29 millions d’habitants nous étions le mastodonte démographique de l’Europe, dont nous étions également, et de très loin, le pays le plus étendu: cette double sécurité nous rendait foncièrement optimistes, et c’est de cette époque que date ce dicton selon lequel “en France, tout finit par des chansons”: aujourd’hui nous sommes un peuple frileux, qui doute, et qui est le champion d’Europe incontesté de la consommation d’anti-dépresseurs; et que dire de notre situation économique et de notre richesse?

Entre le quart et le tiers de notre patrimoine artistique a été détruit par la Révolution;

notre pays ne cesse de reculer au classement mondial des performances, cependant que l’appauvrissement et la précarité ne cessent de s’étendre parmi nos concitoyens;

la violence et l’insécurité (dans tous les domaines) ont littéralement explosé et sont devenus des réalités tristement quotidiennes;

la classe politique est très largement discréditée - même si un grand nombre d’élus ne méritent pas de reproches particuliers - et l’opinion publique se détache de plus en plus de la “chose publique”, n’ayant plus d’espoir en l’avenir et se laissant aller à un pessimisme nouveau dans notre Histoire…

Comment se fait-il donc, qu’en partant du pays le plus riche et le plus puissant d’Europe on en soit arrivé à un résultat aussi catastrophique et aussi désolant?

Puisqu’on a appliqué à ce pays la plus merveilleuse des constructions intellectuelles qui soient, puisqu’on l’a régi en fonction des meilleurs principes qui aient jamais été inventés, en toute logique ce pays n’a pu que passer du stade de super puissance qui était le sien à celui de super puissance démultipliée! Nous devons donc nager dans le bonheur…sinon: cherchez l’erreur! Il est vrai qu’avec le conformisme que fait régner la république, un conformisme qui n’a jamais été aussi fort chez nous et qui confine à l’étouffement de la pensée, nos concitoyens ont du souci à se faire: dire que nous vivons sous le règne du politiquement correct, de la police de la pensée, du conformatage de l’opinion ne relève même plus du constat mais de la banalité…Qu’on se souvienne de la grande liberté de ton, de parole, d’action dont nous jouissions sous Louis XV et Louis XVI, et une seule question vient à l’esprit: tout ça, pour ca? Avec, si rien n’est fait, l’effacement continu, la disparition progressive de la France, sa sortie prochaine de l’histoire, du moins en tant que grande puissance, voire puissance tout court…

(texte publié sur le site http://www.la-couronne.org/ le 15/07/2014)

Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 juillet 2014 7 06 /07 /Juil /2014 13:25

Le conseil municipal de Saint-Maurice d'Ibie, village du Sud Ardèche, à quelques kilomètres de Villeneuve-de-Berg, vient d'adopter une délibération plaçant la commune en zone "hors traité". Un acte politique, militant. Ici, les habitants s'inquiètent des éventuelles conséquences sur leur mode de vie si l'accord est entériné. Conséquences néfastes selon eux sur l'économie, l'environnement, la santé, l'agriculture. Ce sont des collectifs anti-gaz de schiste qui ont soufflé l'idée à la mairie. La Préfecture peut toujours demander le retrait de la délibération si elle la juge contraire à la Loi de la République.

 

Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 5 juillet 2014 6 05 /07 /Juil /2014 06:40

Le BLOC-NOTES de François MARCILHAC

Commentant le souhait récent de Marine Le Pen de voir supprimer du droit français le principe de la double nationalité, à la suite des graves incidents ayant émaillé, en France même, de la part de supporters « franco-algériens », les matchs de l’équipe d’Algérie au Mondial, Thomas Legrand, qui sévit sur la matinale de France Inter, a comparé, ce lundi 30 juin, leur statut ainsi que celui de Manuel Valls, espagnol naturalisé français, à la situation des Bretons et des Corses vivant en France en dehors de Rennes ou d’Ajaccio et auxquels il conviendrait d’ôter le droit de vote aux municipales là où ils se sont installés. Il faut que la notion de nationalité soit aujourd’hui profondément obscurcie pour qu’on puisse, sans soulever un véritable tollé, en arriver à comparer la situation de binationaux à celle de provinciaux — un mot que nous assumons car nous n’y trouvons rien de désobligeant — installés dans la capitale ou dans une autre métropole française. Faut-il rappeler que, contrairement à l’Algérie ou à l’Espagne, la Bretagne et la Corse sont des provinces françaises ?

En comparant des Corses et des Bretons à des binationaux, ayant donc double passeport, Thomas Legrand révèle à quel point la qualité de Français n’a plus guère aujourd’hui de signification pour les chiens de garde de la mondialisation qui ne pensent plus en termes de nationalité mais de communautarisme. Alors oui, une fois la France dissoute, un Breton, un Corse ...ou un Bobo parisien pourront devenir l’équivalent d’un Algérien « bi-national »... Tel n’est pas encore le cas.


UNE NATIONALITÉ BRADÉE

Qu’on puisse avoir des fidélités multiples, nul mieux que Maurras ne l’a compris, qui soulignait : « Je suis de Martigues, je suis de Provence, je suis de France, je suis Romain, je suis humain ». Mais encore faut-il que ces fidélités soient complémentaires et non concurrentes, ce qui exclut la bi-nationalité, absurdité à la fois conceptuelle et juridique, qu’il conviendrait évidemment de supprimer de notre droit, à la condition toutefois que l’Etat se sente suffisamment armé pour en accepter les conséquences au plan international...

Mais nous n’en serions pas là si la notion même de nationalité n’avait pas été bradée depuis des décennies. Comment ? Par les effets conjugués d’une immigration devenue folle — 200 000 arrivées par an —, et de l’invention d’une citoyenneté européenne artificielle. La notion même de nationalité se trouve ainsi attaquée à la fois de manière concrète, par la naturalisation annuelle quasi automatique de dizaine de milliers de migrants — on sait que, sur ce plan, Valls ne fait que poursuivre la politique entamée par Sarkozy —, et dans son essence même : l’invention ex nihilo, d’un patriotisme constitutionnel européen, monstre historico-juridique, vise à déposséder les jeunes générations de ce « devoir de piété » qu’est le patriotisme envers cette « société naturelle » qu’est la patrie et tout ce qui la constitue : « son histoire, ses traditions, sa langue, sa conformation naturelle elle-même » (Jean-Paul II in "Mémoire et identité"), au profit d’un simple artefact — l’Europe —, dont la seule réalité est d’être le ventre mou de la mondialisation. On comprend pourquoi l’Europe encourage l’immigration. La dissolution des peuples historiques européens réels ne peut qu’aider à faire du continent un laboratoire grandeur nature du village planétaire.


LA RÉPUBLIQUE CONTRE LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

Que les défenses immunitaires du peuple français soient particulièrement affaiblies, comment s’en étonner ? Depuis plus de deux siècles, l’idéologie et la pratique républicaines ont largement anticipé la tentative idéologique européenne — être « européen », ce n’est rien d’autre que partager l’idéologie des droits de l’homme — en confondant les qualités de Français et de républicain. Le débat « sur l’identité nationale et républicaine », lancé par Sarkozy en 2009 ...en vue d’être diabolisé par une gauche pavlovienne et d’abuser ainsi le militant moyen de l’UMP, l’a amplement prouvé, avant d’être rapidement avorté : La « France, mère des arts, des armes et des lois », coupable d’être née et de s’être épanouie avec la monarchie, en était par définition évacuée.

Pourquoi ? Pour mieux réduire notre pays à des a priori idéologiques, républicains ou humanitaires, c’est-à-dire à la République et à la laïcité — ce que fait désormais le FN-nouveau aux côtés de l’ « UMPS » —, et donc noyer la France dans un discours à prétention universaliste qui la nie comme nation historique et charnelle. N’oublions pas que dans sa lettre de mission du 31 mars 2009 à Eric Besson, alors Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Sarkozy lui demandait d’ « engager les actions permettant de valoriser les principes de la République et les valeurs fondamentales de notre communauté nationale » notamment « en renforçant la place des emblèmes et symboles de la République, de sa langue, de son drapeau, de son hymne, des valeurs contenues dans la devise “Liberté Egalité Fraternité”, et de la Marianne qui les incarne ». Et s’il lui demandait aussi de lutter contre le communautarisme, c’était pour la perspective, puisqu’il se contredisait aussitôt en affirmant : « Notre Nation est métissée. L’immigration constitue une source d’enrichissement permanent de notre identité nationale. [...] La France dont nous défendons les couleurs est une France ouverte sur les autres, sur le monde, sur l’avenir. C’est une France qui évolue avec son temps. C’est une France à laquelle chaque nouvel arrivant, chaque nouveau Français apporte son histoire, les richesses de son origine, sa contribution. ». Qu’il s’agisse de Hollande ou de Sarkozy il s’agit toujours de « faire France »,... pour mieux la défaire, comme l’a rappelé le comte de Paris, dans une tribune retentissante, lors de la publication des rapports socialistes de l’automne 2013 sur la réforme de l’intégration, rapports qui auraient pu être commandés aussi bien par l’UMP. Deux projets de loi sur l’asile et l’immigration ne feront bientôt que confirmer la fuite en avant dans ce domaine.

Ces propos de Charette restent d’une actualité d’autant plus brûlante aujourd’hui que le patriotisme républicain a fini, en toute logique, par se diluer dans son (faux) universalisme congénital : « Notre patrie, c’est notre Foi, notre terre, notre Roi... Mais leur patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? ... Ils l’ont dans le cerveau ; nous l’avons sous les pieds. »

François Marcilhac - L’AF 2889

Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 juillet 2014 2 01 /07 /Juil /2014 09:41

Le dernier café d'actualité aixois de l'année 2013-2014 a été l'occasion pour son animateur, Antoine de CRÉMIERS, de faire la synthèse des idées débattues dans ce rendez-vous intellectuel incontournable d'Aix-en-Provence

Mardi 3 juin, sous le thème "1984, C'EST MAINTENANT !", allusion au roman de Georges Orwell, Antoine de CRÉMIERS, qui est également conseiller éditorial de "La Nouvelle Revue Universelle", a expliqué que «la crise», ou ce qu’il est convenu de baptiser ainsi, n’est que le prétexte du renforcement du pouvoir des banques et de la finance et de la disparition du politique.
L’hallucinant projet «Tafta» (traité de libre-échange transatlantique) nous ferait très clairement basculer dans le meilleur des mondes (immondes).
Aucune réforme n’est possible ou même simplement envisageable. Le système est clos!

Si nous ne réfléchissons pas à la manière de changer de système, nous n'arriverons à rien.


Regardez l'enregistrement vidéo de cette réunion. Cela donne à méditer.

 

 

 

 

 

 


Par AF Provence - Publié dans : agonie républicaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 28 juin 2014 6 28 /06 /Juin /2014 18:54

  Beaucoup, pour des raisons différentes, attendaient, jeudi 26 juin, la victoire de l'Algérie contre la Russie. Certains pour célébrer la première qualification algérienne en huitièmes de finale. D'autres pour dénoncer le vandalisme des supporters en France, de nationalité algérienne ou française.

Il y a eu effectivement de grandes manifestations de joie avec des destructions et des bagarres aves la police qui fit des interpellations.

Ainsi, à Marseille, des barricades de poubelles ont été enflammées et des abribus détruits.

http://www.laprovence.com/media/imagecache/diaporama/2014/06/27/_r8a8223.jpg

 

http://www.laprovence.com/media/imagecache/diaporama/2014/06/27/_r8a8251.jpg

 

Mais le plus important n'est pas à chercher dans ces saccages qui, en forçant le trait, peuvent être qualifiés d'épiphénomènes".

Qu'ils aient eu lieu ou non, les images les plus dures à supporter sont celles qui montrent des centaines de drapeaux algériens. Rien de plus accablant que de le voir brandi devant l'Arc de Triomphe. La France existe-t-elle encore?

 

http://radiomars.ma/fr/uploads/news/1403869288-big.jpg

 

Dans un entretien publié par "Le Figaro" (et qui est reproduit ci-dessous), Ivan Rioufol juge que cette manifestation d'appartenance est le signe d'un échec de la République.

Nous sommes bien d'accord, mais l'échec n'est pas celui de la politique d'assimilation, ni l'échec de cette république. L'échec est celui de l'existence d'une république en France.

Pour une France qui soit la France, nous avons besoin de la MONARCHIE NATIONALE.

 


Figarovox: Lors des deux victoires de l'Algérie à la Coupe du Monde, des grandes manifestations «de liesse» ont eu lieu partout en France suivi de débordements, qualifiés «d'incidents» par certains médias.Y-a t-il une indulgence trop grande vis-à-vis de ces débordements?

Ivan Rioufol: On ne peut pas se contenter de s'attendrir devant ces «scènes de liesse», ainsi décrites complaisamment par les médias. Ce qui se passe est choquant. Un étranger regardant la France hier soir pouvait se demander légitimement: dans quel pays suis-je tombé? Sommes-nous encore en France?

Ce que nous avons sous nos yeux sont des manifestations d'appartenance et de fierté patriotique, singulièrement à travers l'exhibition des drapeaux algériens. Dans certaines mairies, le drapeau français a été décroché et remplacé par le drapeau algérien. Ce n'est pas «faire le jeu du Front National» de le dire, comme on l'entend. C'est la réalité. Il n'y a pas eu de telles manifestations lorsque la France s'est qualifiée en huitième de finale.

A cette volonté d'appartenance, s'ajoute une recherche de visibilité. Ces jeunes veulent montrer et faire comprendre qu'ils sont Algériens avant d'être Français.

Il y a également une recherche d'appropriation des lieux publics, parfois violente: 74 interpellations ont eu lieu jeudi soir, des forces de l'ordre ont été caillassées, des voitures ont été brulées un peu partout. Ces casseurs-là, minoritaires, veulent clairement en découdre avec la République.

Ces manifestations de patriotisme algérien sont-elles le signe de l'échec de la politique d'assimilation?

Bien sûr, c'est un échec flagrant qui nous est donné de voir. Si l'assimilation fonctionnait, ces jeunes seraient descendus dans les rues pour fêter la victoire de la France! Nous assistons aujourd'hui à un phénomène de communautarisation de la société française, à sa fragmentation, à son éclatement. Toute une jeune génération se comporte comme si elle voulait prendre sa revanche sur la France colonisatrice. Leurs parents ayant refusé l'Algérie française, ils veulent la France algérienne. Leurs drapeaux brandis dans les rues expriment un refus du vivre-ensemble, voire une volonté de contre-colonisation. La question qu'il faut se poser est: la France doit-elle accepter de se faire ainsi cocufier?

Les mêmes scènes de liesse ont eu lieu à Alger, mais sans les violences contre les forces de l'ordre: là-bas, on respecte l'Etat.

Le vrai responsable, ce serait-donc la faiblesse de l'Etat français?

Oui, c'est d'abord la faiblesse de la République qui entraine de telles dérives. L'Etat a été incapable d'enclencher un processus d'identification. Par une succession d'abandons, d'auto-flagellations, de démissions, d'indulgences, il a perdu toute attractivité et toute autorité.

Par AF Provence - Publié dans : agonie républicaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 27 juin 2014 5 27 /06 /Juin /2014 19:50

 

Reynald SECHER, le spécialiste reconnu du génocide vendéen, fera une conférence sur ce sujet mardi 1er juilet à 20h 30, chapelle Saint Louis, rue de l'Ancien Collège, à Orange.

Mais sa venue se situe dans le cadre du 220ème anniversaire de l'exécution des bienheureuses martyres d'Orange.

En juillet 1794, trente-deux religieuses de la région d'Avignon furent guillotinées par le fanatisme républicain. Vingt autres furent sauvées par la chute de Robespierre. Des renseignements en cliquant ICI.

Si la Terreur aboutit à un véritable génocide en Vendée, elle fut très sanglante en Provence. Il faut se souvenir de la destruction du village de Bedoin et des guillotinades de Marseille et Toulon. Voici de bonnes raisons d'aller à cette réunion.

 


Secher Orange


Par AF Provence - Publié dans : Identité nationale et royale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 juin 2014 4 26 /06 /Juin /2014 23:11

Voici deux ans, le chanteur Laurent VOULZY s'était produit dans la basilique de Saint Denis et avait montré un grand respect pour les chants religieux et pour les rois (voir l'article paru sur ce blog: Laurent Voulzy sur les tombes de nos rois).

Il vient de faire une réflexion très intéressante à la télévision que Lys Ardent vient de publier sur son blog. Nous vous en donnons la copie.

Laurent Voulzy Laurent Delahousse monarchie France 2

Le célèbre chanteur Laurent Voulzy était l’invité de Laurent Delahousse sur France 2 lors du JT de 20h du 22 juin 2014.

Laurent Voulzy habitant en Angleterre, le présentateur l’a questionné sur sa relation à la monarchie britannique. Voici ses réponses :

« J’adore (…) Au dessus de tout il y a la Reine, qui incarne l’Angleterre. »
« - Cette monarchie au-dessus des partis, elle manque peut-être à la France ?
- C’est une idée que j’ai dans la tête, je trouve ça très beau. A condition qu’il y ait quelqu’un, là haut, qui soit digne de l’être. »

Merci Laurent Voulzy pour ce bon sens politique !

Vous pouvez visionner l’extrait sur le site de France TV, à partir de 42:30.

Par AF Provence - Publié dans : Le prince
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 juin 2014 2 24 /06 /Juin /2014 23:00

Berryer

Voici 180 ans, le 21 juin 1834, Pierre-Antoine BERRYER était élu député de Marseille. Ce fut un grand moment pour le royalisme et pour Marseille.

Né à Paris, Pierre-Antoine BERRYER n’était pas du tout Marsellais, « mais son royalisme sans faille, sa chaleureuse éloquence, sa séduction personnelle en ont fait le représentant de Marseille sous diverses législatures » (Pierre GUIRAL dans « Dictionnaire des Marseillais »).

Avocat, il fit acquitter le général CAMBRONNE  et défendit la liberté de la presse. Sa réputation grandissant, il fut élu député légitimiste de Haute-Loire en 1830. Il fut appelé par son parti pour se présenter aux élections de 1834 à Marseille. Il fut élu et réélu constamment jusqu’en 1851.

A la Chambre, il lutta constamment pour la monarchie traditionnelle sous la Monarchie de Juillet comme sous la Seconde République. Après le coup d’Etat de Louis-Napoléon BONAPARTE, il ne se représenta pas. Il devint bâtonnier de l’ordre des avocats et membre de l’Académie Française. En 1863, il redevint député de Marseille, en battant le maire nommé par NAPOLÉON III. En plus des royalistes, « les républicains ont voté pour lui par haine de l’Empire et aussi parce que BERRYER, nature généreuse, a pris souvent la défense des travailleurs et des déshérités » (P. GUIRAL, ouvrage cité).

 En effet, il se battit contre les lois iniques interdisant à l'ouvrier de s'associer pour son « prétendu intérêt commun » (loi le Chapelier 1791). Sa défense des compagnons charpentiers de la Seine, poursuivis en 1845 par les juges louis-philippardiens, pour délits de coalition et atteintes à la liberté du travail pour avoir réclamé une augmentation de salaire, est restée célèbre. Devant les magistrats du Second Empire, avocat des ouvriers imprimeurs en 1862, BERRYER plaida en faveur du droit de réunion inexistant depuis la Révolution et critiqua le libéralisme:

"Mais que veulent les ouvriers ?", dira-t-on. Ils ont, comme tout le monde, la liberté que leur donne la loi de 1791: pourquoi ne s'en prévalent-ils pas ? Ah, c’est que, depuis 1791, les choses ont bien changé. La loi de 1791, abolissant les forces collectives, avait étendu à l'individualité les pouvoirs les plus grands; il ne devait plus y avoir de corporation, plus d'assemblées, plus de registres, plus de présidents; les forces collectives étaient détruites, afin que la France, disait-on, pût jouir des efforts individuels, de l'activité de chacun. C’était l'utopie du temps.

 Mais aujourd’hui, qui donc n'est pas corporé ?

 Nous ne voyons autour de nous que chambres syndicales : agents de change, notaires, avoués, huissiers, entrepreneurs de tous les corps d'état, tous ont leur chambre ; tout le monde est en corporation; à une condition cependant : c'est qu'on soit maître.

Et quand on sera ouvrier, on sera l'homme isolé, réduit à la seule force individuelle. S’il arrive à l'ouvrier de vouloir communiquer avec l'intelligence des siens, il commettra un délit !

 La liberté des transactions, la loi de 1791 ! Savez-vous ce qu'il en reste ? Je vais vous le dire : il en reste l'oppression de ceux qui ont le plus besoin de protection. Je ne suis certainement pas un agitateur, je suis essentiellement conservateur, et c'est pour cela même que je repousse les traités de gré à gré entre le maître et l'ouvrier; le traité de gré à gré, c’est le marché de la faim ; c’est la faim laissée à la discrétion de la spéculation industrielle."

 

Il rendit son âme à Dieu le 29 novembre 1868, dix jours après avoir écrit une dernière fois au comte de Chambord pour réaffirmer ses convictions catholiques et royalistes.

Son souvenir est marqué à Marseille par sa statue qui est près de l’entrée du Palais de Justice.

Berryer statue

Par AF Provence - Publié dans : Culture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

L'AF-Provence se présente

Pour nous connaître et savoir quelles sont nos activités,

 blaaa.jpgcliquez ICI   aflogo19qu.jpg

Adhérez

Adhérez!

L'AF a besoin de votre cotisation et de votre aide.

Demandez votre bulletin d'adhésion

en cliquant ICI.

nerf de la guerre

Livres et objets royalistes

librairie de flore

Les livres à lire

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51ACVjVAIwL._SL500_AA300_.jpg

Une étude complète sur un sujet original

par Pierre GOURINARD.

Présentation ICI.

Maurras L'Herne

La plus récente mise au point

sur la vie et l'œuvre de Charles Maurras.

Lire ICI l'analyse par Michel Fromentoux.

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/2/2/9782213655222.jpg

Une excellente mise au point

sur les tabous historiques mis en place par le système.

Cliquez ICI pour tout connaître sur ce livre indispensable.

Bainville Jacques Bouquins

Le meilleur des écrits de

Jacques BAINVILLE

est réuni dans ce recueil de  la collection Bouquins.

Cliquez ICI.

 

l'altermanuel 


Avec "L'altermanuel",

il est possible de retrouver l'Histoire de France.

Commandez-le ICI

ou bien ICI.

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés